L’assemblée nationale


Dans le cadre d’un travail interdisciplinaire mené en Sciences économiques et sociales, et en histoire, les élèves de Terminale ES et de 1ère ES se sont rendus à Paris.

Le matin, ils ont assisté à une visite guidée de l’Assemblée nationale , et ils se sont rendus au Mémorial de la Shoah l’après-midi, ce qui leur a permis d’approfondir une partie du programme d’histoire.

Voici quelques témoignages anonymes d’élèves de 1ère ES qui ont participé à cette journée :
« J’ai apprécié la sortie à Paris. C’était agréable de pouvoir apprendre des choses en dehors des cours classiques et de ne pas avoir à les restituer dans un contrôle après. Nous avons eu un peu de temps libre et nous avons pu visiter les quais de Paris. C’est très joli. L’Assemblée nationale aussi. Il y a énormément d’objets historiques et nous avons pu nous rendre compte que c’est un lieu d’actualité et d’histoire. Ce qui m’a le plus marqué, c’est la petitesse de l’hémicycle. Cela semble énormément plus grand à la télé mais en fait non.
Ensuite nous avons visité le Mémorial de la Shoah et ce qui m’a le plus marqué est la crypte. C’est ainsi que l’on se rend compte qu’on est dans un lieu de recueillement et de mémoire avec cette tombe. C’est quelque chose qui me touche beaucoup. Je pense que cette sortie apporte beaucoup aux élèves. »

« J’ai trouvé l’Assemblée nationale très belle. Je n’imaginais pas les pièces ainsi. Les plafonds décorés par Eugène Delacroix sont impressionnants et intéressants de par leur symbolique.
Le Mémorial de la Shoah est enrichissant humainement parlant. En effet, il humanise les victimes grâce à des témoignages , affaires personnelles recueillies, et photos. Le Mur des Noms ainsi que les portraits accentuent cette humanisation, si importante face à de tels événements qui cherchaient justement à déshumaniser les victimes. Une heure et demie était un délai plutôt court tant il y avait d’informations sur le contexte et sur l’histoire des peuples juif et tziganes, victimes de la Shoah. »

« Je pense qu’une des choses qui m’a le plus marqué au Mémorial de la Shoah a été le mur recouvert des noms des victimes. Des murs de 3 mètres de haut, recouvert de noms, de haut en bas. Mais le plus dur est de se dire que tous ces noms ont appartenu à des personnes qui ont été assassinées. Vieux, jeunes, enfants tous ont été assassinés. Cela nous questionne sur la réaction que nous aurions eu à la place des personnes vivant à l’époque : qu’aurions-nous fait ? »