témoignages élèves scolarisés entre 1982 et 1999


Les élèves de l’atelier Relations extérieures se sont mises en quête d’interviewer les anciens élèves du CLE, en direct live, par téléphone, par mail et même par skype. Ce fut l’occasion de beaux échanges. Elles aimeraient à leur tour être interviewées... une fois qu’elles auront quitté le CLE.
Si vous souhaitez faire part de votre expérience n’hésitez pas à contacter les Relations Extérieures à l’adresse suivante : cleh@ac-caen.fr et n’oubliez pas d’y joindre une photo !


PNG - 33.3 ko

Julie AUXEPAULES
Je suis entrée au CLE en 6ème en 1989 et ce jusqu’en 1996 mais je suis allée au lycée Malherbe faire mon année de 1ère... et je suis revenue au (grand) CLE en Terminale. Actuellement, je suis psychologue scolaire.
Ce sont mas parents qui ont choisi de m’inscrire au CLE, mon grand frère y était déjà. C’était un vrai choix pédagogique car en élémentaire, ils auraient souhaité nous scolariser à l’école Céléstin Freinet d’Hérouville mais faute de places nos n’avons pas pu y aller.

Avec le recul on se rend compte des valeurs du CLE, C’est d’ailleurs quand je suis partie en 1ère que j’ai compris que le CLE me correspondait, on me considérait comme une personne plus que comme un sujet parmi d’autres.

Le CLE m’a apporté une ouverture globale, une curiosité, une confiance en moi car j’en manquais et la capacité de m’exprimer en public. Certaines "obligations" comme l’animation des bilans à tour de rôle ou la participation aux ateliers de fonctionnement m’ont prouvé que j’en étais capable.

Je ne garde que des bons souvenirs et je l’idéalise peut-être parfois. Quand on est dans le système, on ne se rend pas forcément compte de tous les aspects positifs, la réalité est tout autre (je le vois dans ma vie professionnelle). On se demande pourquoi ça n’existe pas plus.

Le CLE c’est un dialogue, un VRAI dialogue entre l’adulte et le jeune et une confiance réciproque.


JPEG - 2.5 Mo

Aurélie CENEDESE
Je suis entrée en 4ème à 13 ans en 1988, j’ai fait 6 ans puisque j’ai redoublé ma terminale donc jusqu’en juin 1994.
Je n’ai pas aimé la 6è, 5ème dans un collège classique : Des pions, une colle collective...
Mon frère ayant fréquenté le CLE l’année de l’ouverture (juste 1 an mais cela ne lui a pas réussi, il a beaucoup pêché cette année là), nous y avons pensé et cela m’a aidée à rentrer.
On ne sait pas vraiment à quoi s’attendre, on y trouve des choses formidables, un mode de vie très spécial !!
Sur le coup, on ne sait pas tout...des amitiés, une façon de voir la vie, des acquis et le bac aussi....et au fond aujourd’hui, je suis épanouie et j’ai appris dans plein de domaines et je suis optimiste, Le CLE a quelque chose à y voir !!
Le CLE m’a apporté une certaine vision de l’Education et une fraternité !
J’adore toujours en parler mais au fond ceux qui ne l’ont pas connu...n’arrivent pas à imaginer et nous prennent un peu pour des marginaux....nous qui vraiment avons été chanceux de vivre là plutôt qu’ailleurs pendant un moment de notre scolarité !!
Tout n’était pas parfait et parfois cela nous barbait...le cours de français, le prof mal luné...tout arrive même au CLE mais ce n’est pas cela que je garde en souvenir...des tas de bons moments partagés, des tas de profs chouettes à tutoyer, les semaines interdisciplinaires, ma semaine dans
le Jura....et une amie !!


JPEG - 1.3 Mo

Fanny CASPAR
J’étais élève au CLE de la sixième à la terminale, de septembre 1986 à juin 1993.
Actuellement, je suis professeur des écoles pour des enfants de 2 et 3 ans, dans une école de Caen.

J’étais élève en primaire à Freinet, ma mère préférant les pédagogies nouvelles. Ma grande sœur était déjà au CLE. En sixième, je n’avais pas d’attente particulière. Mais plus tard, quand certains de mes camarades ont préféré partir dans un lycée traditionnel, j’ai fait le choix de rester.

Le CLE, par sa pédagogie véhiculée par des professeurs passionnés, m’a apporté de la confiance en moi. La prise de parole en groupe ne me parait pas insurmontable. L’ouverture aux autres et le respect de chacun me semblent aussi me venir de là, en tout cas en partie. Et surement, l’orientation pédagogique que j’ai prise en tant qu’enseignante.
Plus personnellement, j’ai rencontré au CLE deux personnes qui comptent énormément dans ma vie : mon amie et mon mari, avec qui j’ai eu 4 enfants (les deux grands étant au CLE, la troisième y entrant en septembre prochain).

Je pense qu’être élève au CLE offre la possibilité de devenir un citoyen construit. Je pense que c’est une chance.

Le CLE ce sont des enseignants qui croient en chaque élève, des élèves qui construisent leur parcours.


JPEG - 1.3 Mo

Lionel CASPAR
Je suis rentrée au CLE en 1992-1993 en terminale. Je suis actuellement éducateur spécialisé auprès d’adolescents. Je suis venue pour trouver un autre système pédagogique afin de redoubler ma terminale.

Le CLE m’a apporté une femme et 4 enfants, le baccalauréat et la possibilité de passer les concours d’éducateur. Je prends également conscience de la chance que j’ai eu d’être scolarisé dans un système tel que le CLE.

Au CLE l’individu est pris en compte dans son histoire.


JPEG - 8.9 ko

Elise TROCHERIS

J’ai été scolarisée de la 6ème en 1989 à la 3ème 1993 si mon souvenir est bon pour les dates.
Je suis actuellement artiste de cirque.
J’avais suivie ma scolarité de primaire à l’école C.Freinet (c’est la forte motivation de ma mère pour cette pédagogie qui m’avait fait intégrer cette école et le CLE comme suite logique)
En 6ème je ne me souviens pas trop des attentes particulières que je pouvais avoir. Il me semble que c’était la suite logique en venant de Freinet mais je me souviens avoir était très contente en apprenant mon admission.
Que t’a apporté le CLE ? En un mot l’autonomie.En plusieurs mot : beaucoup, déjà un lieu de vie ou se mélange échanges, partages, tolérance diversités et passions pour la transmission.A l’époque les personnes qui nous accompagnaient dans notre scolarité le faisaient par conviction et souvent avec passion ce qui rendait les échanges très fondateurs.
Qu’est-ce qui t’a marqué ? en 1 mot ou 1 phrase.
Les discutions pour prendre les décisions de manière collectives et l’ouverture sur la culture, les cultures...

Je me dis souvent que j’ai eu de la chance, je m’en rends compte particulièrement quand j’ai l’occasion d’échanger avec d’autres sur notre perception du collège. Il semble que pour beaucoup d’entre eux qui étaient dans un système classique le collège soit un lieu ou ils se sont sentis perdu et cassé par le système scolaire. Au contraire de mon côté j’ai le souvenir d’un lieu d’épanouissement d’ouverture au monde, d’accompagnement et de soutien. Je regrette d’ailleurs que cette initiative ne soit restée qu’expérimentale elle me semble pourtant fondamentale.
Voilà j’ai fait vite mais il y aurait tellement à dire sur la notion d’éducation...


PNG - 69.4 ko

Alice BURZIO (LEVERRIER)
Scolarisée au CLE de 1992 à 1996, je suis arrivée au CLE en 4ème. Auparavant j’ai été déscolarisée du CM2 a la 5è.
Mon père était prof au CLE, ce qui a facilité l’inscription, mais pas toujours l’intégration. Etre enfant de profs dans le même établissement n’est pas toujours aisé.
Aujourd’hui je suis AESH, Accompagnant de Élèves en Situation de Handicap, ( anciennement AVS). Mon travail me plaît bien même si il est assez précaire.
Mes années au CLE : je n’ étais pas scolaire, et j’ai pu m’épanouir dans d’autres activités créatrices telles que la musique, le théâtre, les arts... et tout de même passer le Bac
CE qui m’a marqué :
Les soirées cabarets,
Les bilans du vendredi en G.B (classe mélangée) : intéressants, dynamiques ( pas toujours) , investissement dans l’établissement, échanges..
La cohabitation de la 6è la Terminale.
Les SID,
Les ateliers du lundi après midi
Les repas en 2 fois :collation ( entrée dessert) à 11H30 puis Plat chaud à 13h

Quand je parle du CLE j’en parle avec nostalgie, et idéalise sûrement.